Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

PRESENTATION, BIO...

12 ans après les premières répétitions entre musiciens des Rageous Gratoons, la Cie Mohein a tracé une route qui lui ressemble, celle d’un collectif en perpétuelle évolution, ouvert aux rencontres et aux influences de tous bords. Le répertoire de musiques traditionnelles de l’Est s’est élargi, poussant vers la Bulgarie, la Turquie et le bassin méditerranéen. Le groupe s’est agrandi, certains sont partis, d’autres sont arrivés. Et le set purement instrumental qui fît suite au départ du chanteur accordéonniste des débuts a laissé place à un spectacle où chants, poèmes et instruments se répondent.

La Cie Mohein ne renie pourtant rien de ce qui fut fait pendant une décennie, au début des années 2000, du temps où les locaux du CLAV de la rue de Tauzia à Bordeaux (le LOCAL pour les habitués) servaient de base auto-gérée à une dizaine de musiciens issus de la «planète Rageous». Tous avaient pour point commun l’envie de s’aventurer en d’autres terres musicales, le plaisir de saisir de nouveaux instruments, de se confronter à des musiques traditionnelles d’ailleurs, et de se les approprier à leur manière.

Traçant sa route en parallèle de celle des Rageous, la Compagnie Mohein explore alors avec curiosité et enthousiasme le répertoire issu des cultures populaires du sud-est de l’Europe, au rythme d’une vingtaine de concerts par an, et de quelques escapades dans des cabarets de cirque.

2008 marque un tournant : le groupe tutélaire s’arrête. De side-project, la Cie devient pour beaucoup de musiciens le projet principal. Changement de rythme, changement d’orientation : l’horizon musical s’élargit aux répertoires roumains, hongrois, bulgares, turques et macédoniens, les compositions font leur apparition. Bref la Cie Mohein s’émancipe, au gré d’un voyage aussi large que le bassin méditerranéen. De cet élan, surgit en 2009 un disque live, «Musica Nomad» enregistré lors de la première partie de Bratsch, pour le festival Nomades de Bordeaux Bacalan.

En 2011 la Cie Mohein croise la route de Sarah Piet, chanteuse sans frontière que le collectif avait déjà rencontré lors de ses aventures artistiques (Johnny Weissmuller Band et Thomas Bercy Jazz Band, les Polissons jouent Zappa). Le groupe aux morceaux jusque là uniquement instrumentaux, vient de trouver une voix, et cela change beaucoup de choses. Après quelques répétitions et une série de concerts estivaux (parmi eux Fest’arts à Libourne, la piste sous les étoiles à Créon), la Cie nouvelle formule trouve ses marques pour un set à l’atmosphère et aux couleurs renouvelées. Sarah pose son timbre puissant, chaleureux, polyglotte sur les morceaux et compositions du collectif, élargissant la riche palette instrumentale : un cymbalum, une contrebasse, une guitare, trois violons, une clarinette, une mandoline et des percussions.

Après une résidence en novembre 2011 au TNT pour peaufiner le spectacle, le groupe tourne tout l’été 2012 sous le label Scènes d’été. Il fallait bien graver sur disque toutes ces évolutions : ayant épuisé son deuxième cd live «Ô Splendid» sorti en 2012, la Cie enregistre début 2013 son tout premier album studio, auto-produit, et enchaine sur une résidence au Rocher de Palmer pour lui adosser un spectacle. Sa sortie annoncée au début de l’été sera officialisée par un concert lors du festival Haut de Garonne. L’aventure continue...

Stéphanie Pichon

Partager cette page

Repost 0
Published by

  • : le blog compagniemohein
  • le blog compagniemohein
  • : L'actualité de la Compagnie Mohein, ses concerts à venir, ses vidéos et ses autres infos. La musique de la Compagnie n'a pas de frontières. De la Mer Noire a l'Adriatique, son répertoire est issu des cultures populaires du sud-est de l'Europe. Avec une voix, un cymbalum, une contrebasse, une guitare, trois violons, une clarinette, une mandoline et des percussions ; la Cie Mohein vous propose un voyage musical aux mille et une couleurs.
  • Contact

Recherche

Archives

Articles Récents